À Nantes, on imprime les bâtiments

Parmichael

À Nantes, on imprime les bâtiments

Très influencé par les différentes innovations, le secteur du BTP a connu plusieurs grandes avancées technologiques ces dernières années. Drones, imprimantes 3D, outils connectés, robots ou encore économie collaborative… zoom sur ces éléments qui sont en train de révolutionner le secteur du bâtiment à Nantes.

Une start-up nantaise réalise une maison grâce à l’impression 3D

Un robot au service d’un chantier

Il n’est pas question de l’éléphant de Nantes non mais d’un autre type de machine robotisée. Benoit Furet, Sébastien Garnier et Philippe Poulain, chercheurs à l’Université de Nantes, se sont lancé un défi : mettre en place, avec leur équipe, un robot coopératif (COBOT) capable de construire un logement… uniquement à l’aide de matériaux imprimés en 3D ! Et ils ont réussi : le robot en question, nommé INNOprint 3D, mesure 80 cm de large, 180 cm de long pour une hauteur de 2 mètres, pas moins ! Il a tout d’abord permis à l’équipe de construire des parois, quelques murs et un abri d’urgence. Puis, toujours grâce à lui, un projet de plus grande ampleur a pu voir le jour à Nantes.

Yhnova : un projet unique en France

Grâce à ce robot-imprimante 3D, « Yhnova », une maison de 95 m², a été construite quartier Bottière à Nantes, il y a maintenant près de deux ans. L’habitat social a été imaginé par ce qui est aujourd’hui devenu la société Batiprint3DTM. Ce sont les savoir-faire conjugués de nombreux experts dans leur domaine (professionnels du BTP, scientifiques, acteurs publics, industriels, acteurs socio-économique) qui ont permis au projet de se réaliser, sous la supervision d’équipes de recherche universitaire. Cela a représenté plusieurs mois de travail pour l’équipe interdisciplinaire, mais le résultat en valait la peine.

Car depuis deux ans, le procédé de création et les matériaux ont pu être améliorés. L’objectif de Batiprint3D™ : construire de nouveaux habitats, cette fois-ci écologiques. La start-up a également pour projet de développer ses méthodes de conception, pour mettre en place un système de rénovation de logements déjà existants.

Une réalisation ambitieuse au cœur de Nantes

Directeur général de la start-up, Hedy Zouaoui prévoit un recrutement d’une dizaine de personnes dans les années à venir, pour venir renforcer l’équipe déjà existante. Car les objectifs, à terme, sont ambitieux : « devenir le leader européen de la modernisation du BTP pour construire mieux, en sécurité, plus vite, moins cher et durable ». Pour cela, Batiprint3DTM souhaite continuer à isoler des façades par le biais de matériaux recyclés, mais aussi s’investir dans de nouveaux projets : construire un éco-quartier, créer une maison à 2 étages ou encore construire un lot de neuf logements. Par ce projet, la Cité des Ducs de Bretagne se positionne à l’avant-garde face à sa rivale bretonne, Rennes, “ville du numérique” par excellence, mais qui n’en est qu’au balbutiement de la 3D.

Impression 3D : du rêve à la réalité

Un procédé en plein essor

Définie par Futura-sciences comme « une technique de fabrication dite additive qui procède par ajout de matière, contrairement aux techniques procédant par retrait de matière comme l’usinage », l’impression 3D est née dans les années 1980. En plein boom à l’aube du XXIe siècle, cette méthode de construction a continué à faire ses preuves et à se perfectionner. Aujourd’hui, elle apparaît comme une solution rentable, écologique, simplifiée et sécurisée pour construire des logements rapidement – notamment suite à d’éventuelles catastrophes naturelles ou pour pallier à l’actuelle crise mondiale du logement.

En Chine, l’entreprise Winsun a ainsi imprimé un bâtiment de six étages destiné à être habité, à l’aide d’une imprimante 3D mesurant pas moins de 40 mètres de long. L’Italie, quant à elle, a planché sur la construction d’un village entier (Shambhala) grâce à cette méthode.

Une technologie d’avenir de plus en plus utilisée

Pour ces multiples avantages, l’impression 3D dans le secteur du BTP suscite de plus en plus l’intérêt chez les constructeurs, les architectes mais aussi les grands groupes industriels. Vinci a ainsi investi dans près d’un tiers du capital de XtreeE, société impliquée dans la construction de cinq logements sociaux écologiques à Reims (un projet nommé Plurial Novilia). Vicat, un cimentier suisse, a également mis en place un partenariat avec cette start-up prometteuse, pour imprimer du béton adapté à la méthode de construction additive (3D).

L’impression 3D du béton a d’ailleurs donné vie à des constructions de grande ampleur en Italie, en Chine ou encore aux Émirats. Car l’impression 3D du béton nécessite jusqu’à trois fois moins de matière. Dubaï a, de son côté, fait grand bruit, en construisant en à peine 17 jours plusieurs bureaux. L’Arabie saoudite prévoit quant à elle d’imprimer pas moins d’un million et demi de logements en une dizaine d’années. En France ce mode de mise en œuvre en est encore à ses débuts. Constructions-3D, une start-up créée en 2016 à Valenciennes, a par exemple choisi d’imprimer en 3D son siège social.

L’impression 3D n’a en tous les cas pas fini de faire parler d’elle, et promet de révolutionner le secteur du BTP. Quel en sera l’impact sur le marché immobilier ? Tout reste encore à découvrir.

À propos de l’auteur

michael administrator

Laisser un commentaire